• Accueil
  • > Archives pour janvier 2011

LA CHOSE LA PLUS IMPORTANTE

6012011

« Maintenant ces trois choses demeurent : la foi, l’amour et l’espérance.
Mais la plus grande des trois, c’est l’amour. » 1 Corinthiens 13v13
La maturité spirituelle ne se mesure pas au nombre d’années de conversion, ou par
l’étendue de la connaissance biblique, ou encore par le nombre de fois où vous allez à
l’église. La maturité spirituelle se mesure à la façon dont vous traitez les autres. Elle se
mesure par la façon dont vous laissez l’amour agir en vous.
L’épître aux Corinthiens nous dit que l’une des caractéristiques de l’amour, c’est
qu’il n’est pas « mal élevé ». Cela signifie que lorsque nous marchons dans l’amour, nous
traitons les autres avec courtoisie et respect.
Êtes-vous gentil avec les autres ? Êtes-vous aimable avec la caissière qui peut
paraître trop lente à votre goût ? Êtes-vous plein de douceur lorsque vous conduisez
sur l’autoroute, et qu’on vous fait une queue de poisson ? Êtes-vous patient avec votre
famille et vos collègues ? Ce sont là toutes les caractéristiques de l’amour.
La Bible nous dit que l’amour est patient. Il est plein de bonté. Il n’est pas envieux;
il ne se vante pas. Il ne fait rien de mal. Il ne s’irrite pas. Et il ne soupçonne pas le mal.
L’amour ne faillit jamais. Remarquez que ces caractéristiques n’ont rien à voir avec les
sentiments. L’amour est un choix. Vous pouvez choisir de marcher dans l’amour à
l’égard des autres, même si vous n’en avez pas envie !
Faites le choix d’accomplir ce qui est bien. Choisissez aujourd’hui de montrer de la
gentillesse et d’être courtois envers les autres. Cherchez le moyen de cultiver la chose
la plus importante dans votre vie – l’amour ! Alors que vous le ferez, vous avancerez
dans la vie de bénédictions que Dieu a en réserve pour vous !
Une prière pour aujourd’hui
Père Céleste, merci de travailler dans ma vie. Merci de m’aimer afin que je puisse
manifester de l’amour à ceux qui sont autour de moi. Garde-moi près de toi et aide-
moi à être un instrument d’amour envers ceux qui m’entourent. Au nom de Jésus.
Amen.
Joël Osteen




MANIFESTER L’UNITE CHRETIENNE

6012011

L’unité chrétienne a Dieu lui-même pour auteur. Nous ne devons pas oublier que
Jésus se trouvait en face d’une situation très précise. Les apôtres étaient souvent
désunis. Ils passaient une partie de leur temps à se disputer pour savoir qui était le
plus grand. Jusque dans la chambre haute, ils ont trouvé bon de prolonger leurs
discussions à ce sujet. Pour remédier à cet état de choses, le Seigneur n’a pas recours
à des recommandations. Il ne dit pas : cessez de vous disputer : unissez-vous; faites
front contre un monde hostile. Il prie. Il ne compte pas, pour la réalisation de l’unité
chrétienne, sur les efforts humains, mais sur l’intervention du Père.
Bien sûr, les chrétiens ont des devoirs en rapport avec cette question. Jésus leur
enjoint de s’aimer les uns les autres. Pour parer à leur ambition, source de conflits, il
leur dit de se rendre serviteurs les uns des autres. Ailleurs, nous sommes mis en
présence du devoir de nous pardonner réciproquement, et de conserver l’unité de
l’Esprit. Nous ne sommes pas des êtres irresponsables et purement passifs.
N’empêche que l’unité chrétienne ne sera jamais l’oeuvre des hommes. Elle est
l’oeuvre de Dieu. Il est toujours un peu agaçant d’entendre qu’il nous appartient
d’exaucer la prière du Seigneur. Il n’appartient pas aux hommes d’établir l’unité. Elle
est une grâce qui nous vient de Dieu. Nous n’avons pas à nous y hisser, à coups de
discussions, de concessions, de conversations. Nous devons nous placer sur le même
plan que le Seigneur, celui de la prière (lisez Jean 17). Souvent d’une manière très
inattendue, nous avons le bonheur d’expérimenter l’unité fraternelle, de la recevoir
comme une grâce que le Père nous fait, en réponse à la requête du Fils.
Souvenons-nous que selon le voeu de Jésus, Dieu seul est l’Auteur de l’unité
véritable. Demandons-la lui avec ferveur, qu’il nous l’accorde comme il veut et quand il
veut. Mettons-nous à sa disposition dans une attitude de soumission à sa volonté. Et
nous verrons, en de multiples occasions avec joie, et parfois avec surprise,
l’exaucement de la prière du Maître. Ceci, en attendant le jour où Christ reviendra; où,
visiblement, il y aura un seul troupeau, et un seul Berger.
Bonne année dans l’unité en Christ,
Maurice







AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08 |
Une Paroisse virtuelle en F... |
VIENS ECOUTE ET VOIS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la pagina di San Paolo Apos...
| De Heilige Koran ... makkel...
| L'IsLaM pOuR tOuS