témoignage de Chanel

15032010

Coucou !!!
Salut moi c’est Chanel, je suis originaire de l’île d’Ouvéa en Nouvelle-Calédonie.
J’ai vécu une bonne partie de mon enfance sur mon île, à la tribu. Avec mes grands parents, nous vivions de culture et de pêche…
Plus tard en 1999, mes grands-parents m’ont envoyés continuer mes études sur Nouméa…
J’intègre donc de nouveau mon quartier où je passais la plupart de mes vacances scolaire à savoir Pierre-Lenquette.
De nouveau avec mes amis, nous passions une bonne partie de nos journées à voler, mentir, se moquer des passants, et j’en passe. J’étais assez sérieuse à l’école mais pas assez motivée, d’ailleurs je ne me posais même pas de questions concernant mon futur métier…
Quand on grandit à Pierre-Lenquette, on a peur de rien, ni des bagarres, ni des parents, c’est la rébellion totale… mais une chose me faisait peur : la mort !
Ayant reçu un enseignement biblique étant enfant, certaines paroles de la Bible me revenait souvent et donc je savais que la mort n’étais qu’une étape mais qu’il y avait bien quelque chose après. Et donc j’ai commencé à étudier la Bible avec plusieurs personnes, mais rien ne se passait, j’avais réellement besoin d’une paix intérieure et surtout d’une réponse à mes questions existentielles…
C’est lors d’un tournois sportif organisé pas une association chrétienne que l’Evangile a sonné juste à mon oreille parce que je l’entendais de la bouche d’un « frère du quartier » c’était différent des messages bibliques que j’avais l’habitude d’entendre à l’église parce que c’était surtout du vécu.
J’ai donc par la suite durant une évangélisation accepter Jésus comme mon Sauveur et Seigneur personnel. Ainsi je me suis engagée dans une église évangélique et tous les vendredis soirs je participer au CBS de Pierre-Lenquette.
Aujourd’hui croyant que le salut de l’âme s’obtient par la foi en Jésus-Christ, et que même les enfants peuvent l’expérimenter, je m’investit dans ce service : apporter l’évangile aux enfants et aux différentes générations…
Chanel




Marche pour Jésus 2009

27062009

 FlashInfo – Une grande marche pour Jésus à Paris, Lille, Nantes, Strasbourg et Bordeaux !

Image de prévisualisation YouTube 

AVEC DES DIZAINES DE NATIONS

ET DES MILLIERS DE CHRETIENS,
VENEZ DIRE A NOTRE PAYS QUE LA PAIX,

LA RECONCILIATION ET L’AMOUR SONT POSSIBLES ! PROCLAMONS « JESUS EST SEIGNEUR »

ET DANS LA JOIE, CELEBRONS LE SEIGNEUR

TOUS ENSEMBLE DANS LES RUES DE NOS VILLES

EN TEMOIGNANT DE NOTRE ESPERANCE.




témoignages idées

20112008

Demander aux membres de votre église d’écrire leur propre témoignage et partager les entre tous.




Jean-Michel

4112008

Mon premier livre “Le réveil pas à pas” est sorti récemment. Vous le trouverez à la rubrique religion de l’éditeur en ligne “Edilivre.com”, ou à l’adresse suivante : http://www.edilivre.com/doc/5478
Que Dieu vous bénisse.




Marie, à lu ceci ce matin… elle nous le fait partager

24102008

Je crus qu’Il allait m’emporter au Ciel, car j’avais l’assurance de mon salut, mais nous descendîmes par un tunnel au cœur de la terre. En nous approchant d’un certain lieu, nous sentîmes une odeur pestilentielle, quelque chose qui me faisait horreur. Je me tournai vers le Seigneur, et je Lui dis :
Lire la suite… »




Le témoignage de Jean-Michel

23102008

Je m’appelle Jean-Michel. Je suis né dans une famille hétérogène. Ma mère était une de ces nombreuses croyantes déçues du catholicisme. Mon père athée convaincu et anticlérical ne serait entré dans une église que pour y entasser les chaises et y mettre le feu.

Ces petites divergences d’opinions mises à part, mes parents s’adoraient. Cet amour réciproque leur a permis de surmonter le rejet de leurs deux familles, et les difficultés financières.

Mon père, qui était manoeuvre dans une fonderie, élevait des poules et faisait du jardinage après le travail. Ma mère s’occupait de la maison, des conserves, de la couture. Chacun apportant au foyer ce qu’il pouvait, je n’ai jamais perçu les difficultés de notre vie. Il est vrai que dans ces années cinquante, il y avait peu de publicité, comme nous la connaissons maintenant, et donc, peu de tentations à acheter des objets dont on n’avait pas l’usage quotidien.

Jusqu’à l’âge de dix ans, je n’avais jamais entendu parler de Dieu. J’ignorais même qu’il puisse exister. Ce mot n’était utilisé que par mon père, sous forme de juron, auquel ma mère répondait toujours d’un air navré : “Germain, pas ça, s’il te plaît”.

Puis, un jour, l’atmosphère a brusquement changé. Ma mère est retournée à la messe, et m’a inscrit au catéchisme. J’ai alors découvert, émerveillé, qu’il existait un Dieu, tout puissant, créateur de l’univers. Le peu qu’on m’a alors enseigné du Père et de son Fils a bousculé ma vie d’enfant de douze ou treize ans. Vraiment un tel Dieu méritait qu’on lui consacre sa vie.

C’est ainsi que je suis devenu un enfant de choeur, et que le projet de venir prêtre est né en moi. Mais à l’âge où l’appétit sexuel s’éveille, la question du célibat des prêtres s’est imposée à moi et m’a conduit à chercher, dans les Ecritures, ce qu’il en était exactement. J’ai alors découvert le conseil de l’apôtre Paul aux habitants de Corinthe : “Je pense qu’il est bon pour l’homme de ne pas toucher de femme. Toutefois à cause des occasions d’inconduite, que chacun ait sa femme et que chaque femme ait son mari”. (I Cor 7:1/2). Ce conseil m’est apparu tellement judicieux que je me suis marié jeune (21 ans à peine) et que je savoure chaque jour le bonheur d’un mariage dans le Seigneur.

Plusieurs années ont passé. Rien de spécial ne s’est passé dans ma vie. Je veux dire par là que ma vie de tous les jours, ponctuée par des actes religieux effectués avec sérieux, n’a pas été modifiée en profondeur. A part, peut-être, un sentiment de grande fierté que j’éprouvais lorsque je servais la messe à la cathédrale. Pour le reste, j’étais toujours le même. Mes défauts n’avaient pas diminué. Une timidité maladive a même fait son apparition. Elle est devenue tellement puissante que la terre se dérobait bien souvent sous mes pieds. Elle me rendait tellement malade que plus d’une fois, je dus me coucher plusieurs heures pour retrouver mon calme. Comme pour faire écho à cette timidité excessive, une grande violence sortait de moi lorsque j’étais excédé. J’étais alors capable de me déchaîner. Je crois que j’aurais pu aller jusqu’à tuer.

Ma mère, quant à elle, essayait sincèrement de vivre sa vie chrétienne. Elle se montrait patiente avec mon caractère difficile, aussi bien qu’avec les jurons de mon père ou ses excès de table. Mais sa caractéristique principale était l’inquiétude. Quelques minutes de retard au retour de l’école, et je la trouvais en larmes, blanche comme un linge.

Un jour, sa vie a basculé, sans que je puisse savoir pourquoi. J’ai remarqué que son visage était plus serein, sa voix plus douce, sa patience plus grande. Surtout, son inquiétude a été transformée en une sérénité tout à fait inexplicable. Curieusement, elle a cessé de fréquenter la messe, mais disparaissait le dimanche matin. Il faut croire que ma propre foi n’était pas très assurée, car à partir de ce moment là, j’ai fréquemment accompagné mon père à la pèche au lieu d’aller servir la messe. C’est également à cette époque que mon frère aîné m’a appris à fumer.

Lors d’une discussion avec ma mère à ce sujet, elle me raconta, les larmes aux yeux, qu’elle avait rencontré Jésus. Il l’avait libérée de l’inquiétude. Elle m’incita à le rechercher, car Il est toujours vivant, plein d’amour, et Il désire rendre libre et heureux tous ceux qui veulent s’approcher de Lui. Ma réaction fut assez violente. Je tournais en dérision tout ce qu’elle me disait. Curieusement, alors que je me vantais d’avoir l’esprit ouvert à toutes les religions, j’étais complètement fermé à toutes ses tentatives pour me faire connaître ce qu’elle vivait.

Il lui fallut beaucoup de persévérance, voire de ténacité, pour m’attirer à une réunion d’évangélisation, un vendredi soir. Assis sur ma chaise, l’air boudeur, je ruminais mon amertume de m’être laissé piéger, en attendant que la réunion commence. Cependant, j’ai immédiatement réalisé que l’atmosphère était très différente que celle qui régnait dans les offices auxquels j’avais l’habitude d’assister. Les gens avaient l’air heureux de se voir. Ils s’embrassaient, parfois même bruyamment. Cela me paraissait très étrange, beaucoup plus proche d’une réunion entre copains que d’un office religieux.

J’étais donc dans cet état d’esprit lorsqu’un homme en civil invita l’assemblée à s’asseoir, et à chanter. J’ai toujours aimé chanter. Alors je me suis assez facilement laissé entraîner à suivre ces petites mélodies entraînantes qui portaient des paroles simples parlant de Jésus. Un de ces petits choeurs proclamait sur un air joyeux “Oui, nous marchons tout joyeux vers les cieux …”

Puis, l’officiant a demandé à quelqu’un de prier. Une voix d’homme s’est faite entendre dans l’auditoire. J’étais stupéfait. Visiblement, cette prière n’était pas une prière récitée, comme j’en connaissais, mais sortait spontanément, avec des mots ordinaires, du coeur d’un homme dans la foule.

Les choses ont commencé alors à se compliquer singulièrement. Lorsque, de nouveau, des chants ont retenti, j’ai été comme saisi par une puissance inconnue qui me clouait sur ma chaise. Puis un homme, dont je ne garde aucun souvenir précis, a parlé de je ne sais quoi. Combien de temps cela a-t-il duré ? aucune idée. J’étais immobile, comme figé hors du temps, pénétré par une sensation d’amour qui m’arrachait d’abondantes larmes. J’ai, pendant ce temps, réalisé que j’étais un pécheur, malgré la haute estime que j’avais de moi-même. J’ai compris combien mes péchés attristaient Dieu. J’ai ressenti dans tout mon être, que Jésus, dans son amour, me pardonnait, sans me faire de reproche. J’ai pris conscience de cet amour infini qu’Il éprouve pour moi et pour chacun des hommes. Je réalisais que son seul souhait était que je lui confie ma vie. Cet amour m’a envahi d’une façon si puissante que je tremblais de tous mes membres et ne pouvais arrêter mes larmes de couler.

Ce n’est que le froid de la nuit, les bruits de la rue, les véhicules passant à côté de moi, qui me firent revenir dans le temps présent. J’avais, sans aucun doute, vécu un moment d’éternité, car je n’avais aucune notion du temps qui s’était écoulé. En tout cas, j’étais devenu quelqu’un d’autre. L’amour de Jésus pour moi avait complètement bouleversé ma vie. Je savais que je ne pourrais plus jamais vivre comme je l’avais fait jusqu’à présent.

Après m’être couché, ce soir là, j’ai repensé à ce que l’on m’avait appris au catéchisme. Il s’est alors passé en moi quelque chose d’étrange. C’était comme si Dieu répondait lui-même à mes questions. Mais alors, Marie, le purgatoire, la confession, l’eucharistie, la prière pour les morts…??

Lorsque je me suis réveillé le lendemain matin (j’allais à l’école le samedi), je savais, avec une certitude absolue, ce que la Bible enseigne sur ces sujets. Tout était clair, précis, net. Cela ne souffrait aucune discussion, même si cela ne correspondait pas avec ce que j’avais appris.

Sur le chemin de l’école, j’ai machinalement cherché mon paquet de cigarettes. J’en ai sorti une, l’ai portée à ma bouche. Mais au moment de l’allumer, une question a bondi avec force dans ma tête : “Es-tu sûr de vouloir être esclave du tabac toute ta vie ?”. Sans réfléchir, j’ai jeté immédiatement cigarettes et briquet. Je n’ai plus jamais été asservi au tabac. Cette liberté dure toujours, car Dieu nous affranchit réellement.

Quelques mois plus tard, ma vie de tous les jours avait déjà réellement changé. Je n’étais plus le même. Moins timide, plus calme, plus patient. On m’avait prêté un petit fascicule de la série “Vérités à connaître”, écrit par le pasteur Clément Lecossec, sur le baptême du Saint Esprit. Je croyais déjà à sa puissance, car je l’avais expérimentée. Ce jour là, tout simplement, alors que je répandais mon coeur devant Dieu, le Saint Esprit a rempli ma bouche d’un langage que je ne connaissais pas. Un flot de paroles sortait de mes lèvres, alors que des larmes coulaient de mes yeux et que l’amour de Jésus emplissait mon coeur.

Cher ami, plus de trente cinq ans sont passés depuis cette période. Pas une seule fois, je n’ai regretté d’avoir donné mon coeur à Jésus. Dans la joie, dans la tristesse, dans le deuil, sa présence est en moi et son amour me remplit. Je ne suis cependant pas extraordinaire. Des milliers font chaque jour cette rencontre qui bouleverse leur vie.

Qui que vous soyez. Quels que soient votre âge et votre condition sociale. Quels que soient vos besoins, Jésus, le Christ, le vivant, est prêt à vous rencontrer, si vous le souhaitez. Il a tout accompli sur la croix du calvaire pour que vos fautes passées soient pardonnées. Il a suffisamment d’amour pour vous en réserve pour inonder votre vie jusqu’à la fin. Une seule chose est nécessaire maintenant. Trouvez un endroit tranquille, fermez les yeux et dites à haute voix et de tout votre coeur : “Seigneur Jésus, je crois que tu es le fils de Dieu. Je crois que tu es mort pour le salut de chaque homme, et donc pour le mien. Je décide maintenant d’accepter ce sacrifice pour moi. Je te confie ma vie. A partir d’aujourd’hui je veux t’obéir et jouir de ta parfaite liberté, dans tous les domaines. Aujourd’hui, je proclame que tu es mon sauveur et mon seigneur”.

Il ne vous reste plus qu’à chercher l’adresse d’une église évangélique, quelle que soit sa dénomination, pour partager votre toute nouvelle vie. Il est certain que vous y serez bien reçu, par des gens ordinaires, qui ont fait, à peu de choses prêt, la même expérience que vous et moi. Ils vous aideront à progresser dans la foi en Jésus, à recevoir la pleinitude du Saint Esprit en vous. Cela vous permettra de traverser les bons comme les mauvais moments.

Que Dieu vous bénisse.

http://jmroger.unblog.fr/ 

Mon premier livre “Le réveil pas à pas” est sorti récemment. Vous le trouverez à la rubrique religion de l’éditeur en ligne “Edilivre.com”, ou à l’adresse suivante : http://www.edilivre.com/doc/5478
Que Dieu vous bénisse.




musulmanne devenut chrétienne (ma vie) mon témoignage .

26082008

Image de prévisualisation YouTube

Lire la suite… »




O.245 POUR AIDER UNE CAUSE ***LE SUICIDE*** ALLEZ VOIR* STOPACA* -ELLE SE BAT POUR LA VIE !!!!!

23082008

NO.245  POUR AIDER UNE CAUSE ***LE SUICIDE*** ALLEZ VOIR* STOPACA* -ELLE SE BAT POUR LA VIE !!!!!

SON TÉMOIGNAGE :
Bonjour à tous et à toutes, je m’appelle Mildrey et j’ai 20ans.Il y a quelques jours je voulais
mettre fin à mes jours.
Le 1er mars2008, j’ai pris de puissants médicaments pour les nerfs et j’ai été 11 jours à l’hopital
dont 3 dans le coma.
J’ai eu une infection des poumons et un virus dans le sang, je ne sentais plus mon bras gauche.
A mon réveil, il s’est avéré que DIEU m’a fait une révélation, pas n’importe laquelle
puisque maintenant je me bats. Il m’a donné de la force et du courage.
J’ai la chance d’avoir autour de moi des personnes qui me comprennent et
m’aident dans ce combat qui est loin d’être facile
et j’espére qu’avec l’aide de DIEU on sauvera le plus grand nombre de personnes.
De plus, pendant mon séjour la bas j’ai fais une rencontre
qui m’a fais réfléchir et m’a donné beaucoup d’espoir!!
Je voulais donc mettre fin à mes jours parce que j’en avais marre de tout
parce que j’ai perdu mon meilleur ami a cause de produits illicites (l’alcool et la drogue)!!
Il allait avoir 18 ans, c’était le seul qui me comprenait et je n’ai pas supporté son décés…
Aujourd’hui je me reconstruit grace a cette association.

______________________________
SON COMBAT :
Cette association consiste à faire une prévention pour les jeunes,
aider les personnes qui veulent se sortir de la dépendance de ces produits,
écouter ceux qui étaient dans leurs cas!
Il est aussi là pour des personnes qui en connaissent d’autre dans cette situation!
Faites vos témoignages pour sensibiliser nos jeunes
et les personnes dépendantes de ces produits,
pour qu’elles prennent la bonne décision, celle d’arréter!!

STOPACA vient d’être créée alors il n’y a pas grand choses
mais j’ai beaucoup d’idées et de projets pour cette association
(je vous préviendrais quand il y aura des nouveaux projets)!
C’est un combat sans merci, très difficile
pour ceux qui veulent s’en sortir
mais aussi très difficile pour moi parce que
cette association n’est pas comme les autres (sidaction, etc …)
et il est dur pour moi de faire comprendre que c’est pour leur bien!
Je me suis fais critiquée, injuriée, dénigrée, etc…
Il y aura des médecins qui vont m’aider et qui peuvent vous aidez.
Je ne peux pas me battre toute seule alors venez m’aider,
parlez de cette association à vos amis, votre entourage et soutenez moi!
Que STOPACA soit connu de tous!
Merci de votre compréhension.

MERCI A TOUS ET TOUTES CEUX QUI ADHERENT ET QUI ME SOUTIENNENT! BIZOUIL
MILDREYXXX
ALLEZ SIGNER EN GRAND NOMBRE ET VOYEZ CELUI QU’ELLE A PERDU PAR SUICIDE
LIEN ICI :

A METTRE SUR VOS BLOGS MES AMIES S.V.P.
C’EST AUSSI CA L’AMOUR !!! COURAGE MILDREY !!!
XXXFRANCINE2103XXX




Colombie, Cocaïne et compagnie

18072008

Ecouter ce témoignage 

Image de prévisualisation YouTube

 




« T’es une vraie quiche en foot ! » – « Quel thon cette fille ! »

20052008

Le témoignage de Mathieu 

C’est méchant, vous trouvez pas ? Pourtant, c’est le lot quotidien de beaucoup d’adolescents qui sont devenus les boucs-émissaires de leurs camarades… Parce qu’ils n’ont pas le talent de Zidane, ou un corps de top-model, ces jeunes subissent railleries sur railleries à longueur de journée. Quand nous sommes dans le rôle de tortionnaire, ces railleries nous paraissent bien puériles et insignifiantes et pourtant, elles font beaucoup plus de dégâts qu’il n’y paraît !

Je ne vais pas m’étendre sur mon témoignage mais il se trouve que dans ma tendre enfance, j’ai été le bouc-émissaire de mes camarades… Ça a commencé par le fait que j’étais le boss en classe : je comprenais tout bien et je réussissais assez bien dans mes études… Mais le fait est que, quand tu es intello au collège, ta popularité en prend un sacré coup. De plus, je n’étais pas populaire du côté des filles. Pendant que mes potes enchaînaient aventure sur aventure (oui, les collégiens sont précoces de nos jours… il y a de quoi s’inquiéter des fois !!), moi je subissais moquerie sur moquerie. Je me souviens même d’une phrase d’un de mes camarades qui disait devant tout le monde « de toute façon, tu ne trouveras jamais une fille qui voudra de toi ». Et je ne vous parle pas de mes talents sportifs…

La conséquence de tout cela a été un repli sur moi-même : j’avais peur du regard des autres, de leurs remarques, donc du coup j’évitais au maximum de parler à ces personnes. Bien sûr, je n’avais pas du tout en confiance en moi, vu que l’on me répétait sans cesse que j’étais nul et que je ne valais rien. Des idées de suicide ont même germé dans mon esprit vu que je me considérais comme insignifiant !

« Tu aimeras ton prochain comme toi-même » Matt 22 : 39

Ce commandement est le deuxième commandement primordial que Jésus nous a donné… Il mérite donc qu’on s’y penche un peu ! Ce verset ne nous encourage pas à devenir égocentrique : il nous invite plutôt à nous considérer comme étant de magnifiques créatures que Dieu a créé, chacune d’entre elles étant unique en son genre. Tout ce que Dieu a créé est beau et parfait ! Oui, je te l’affirme : tu es beau et parfait ! Mais je t’affirme autre chose : la personne dont tu te moques chaque jour, elle-aussi est belle et parfaite !

Dans quelques jours, la rentrée scolaire va arriver… Tu vas enfin retrouver tous tes camarades de classe, tes amis tout comme tes bouc-émissaires. Peut être, quand tu les reverras, tu auras très envie de les ridiculiser comme au bon vieux temps… Moi, je te propose un autre challenge : quand tu seras face à cette personne que tu méprisais, pense à ce commandement que Jésus nous a donné et deviens petit-à-petit un témoin vivant de Dieu qui est avant tout Amour. Aime cette personne comme si cette personne était ton reflet dans un miroir… Tu découvriras alors qu’au delà de ses défauts superficiels, cette personne est vraiment exceptionnelle, un être unique qui a besoin d’aimer et de se sentir aimé… tout comme toi !

mathieu







AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08 |
Une Paroisse virtuelle en F... |
VIENS ECOUTE ET VOIS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la pagina di San Paolo Apos...
| De Heilige Koran ... makkel...
| L'IsLaM pOuR tOuS